Monsanto c’est quoi ? Comment agir ?

Monsanto c’est quoi ? Comment agir ?

  • Facebook20
  • Twitter
  • Google+0
  • Pinterest4
24shares

La Monsanto Company est une entreprise américaine spécialisée dans les biotechnologies agricoles. Dans les années 1940, c’était un producteur majeur de plastique. Au début des années 1980, Monsanto se désengage de la chimie industrielle pour s’orienter vers les produits phytosanitaires, les semences et les Organismes Génétiquement Modifiés (OGM). C’est depuis près d’une décennie le numéro 1 mondial sur le marché des semences et le premier fournisseur d’événements de transformation génétique utilisés pour la production de semences génétiquement modifiées. Zoom sur cette entreprise controversée qui déchaine les foudres des écologistes et de certains consommateurs.

 

 

Les produits commercialisés par Monsanto

 

Les produits chimiques

Avant que Monsanto ne soit dans l’industrie alimentaire, son activité portait principalement sur les produits chimiques. Dans les années 60, c’est Monsanto qui fournissait notamment l’agent orange à l’armée américaine. C’est un herbicide qui a été répandu pendant 10 ans sur la forêt vietnamienne, pour supprimer les arbres et faire disparaitre la forêt (et ainsi empêcher les vietnamiens de s’y cacher). Cela a provoqué cancers en masse et fait de nombreuses victimes. L’entreprise fabriquait également le phosphore blanc et d’autres pesticides et herbicides dangereux. Et ils ont même aidé à développer l’uranium pour la bombe atomique.

 

Le Roundup et les OGM

Forte de son expérience avec l’armée américaine, la société commercialise aujourd’hui le Roundup, l’herbicide le plus répandu dans le monde. Il est utilisé pour tuer les mauvaises herbes dans les récoltes. Et c’est la raison pour laquelle Monsanto vend également des semences résistantes à ces herbicides. Car si le produit tue les « mauvaises herbes », il faut bien semer des graines qui vont résister au Roundup ! Ce sont les OGM. L’entreprise modifie les graines pour qu’elles résistent aux produits chimiques. Le groupe produit 90% des semences transgéniques dans le monde. Cela comprend du soja, du maïs, du coton et colza.

 

Vendre un poison et son antidote est l’assurance d’un business fleurissant.

 

Les brevets

Au dela de l’achat des graines, les agriculteurs doivent payer des brevets chaque année pour pouvoir récolter ce qu’ils ont semé ! Ils achètent les anciennes semences des agriculteurs pour qu’ils ne restent plus que les leurs, que les fermiers doivent racheter tous les ans. La firme a même créé des plantes stériles. De ce fait, il faut replanter l’année suivante et donc passer à nouveau à la caisse. Ce système a quand même été interdit par l’ONU.

 

Les effets nocifs de Monsanto

 

Les risques pour l’environnement et l’agriculture

Il existe des risques de transferts de gènes modifiés. En effet, nous ne savons pas comment vont se comporter ces nouveaux organismes vivants dans l’environnement. Les transgènes qui s’échappent des plantes modifiées contaminent le patrimoine génétique d’autres plantes (sauvages ou cultivées). Et une fois que la pollution génétique à commencé, elle est irréversible et incontrôlable. Cette pollution menace la pérennité de l’agriculture biologique comme celle de l’agriculture conventionnelle. Elle met également en péril l’ensemble de la biodiversité planétaire.

Les OGM présentent d’autres dangers pour l’environnement. On peut ainsi craindre l’apparition de mauvaises herbes résistantes à des herbicides ou celle de « super insectes » insensibles aux insecticides sécrétés par les plantes OGM. Autre risque : voir disparaître des insectes « utiles », avec des conséquences en cascade sur les écosystèmes.

Enfin, l’agro-biodiversité et la sécurité alimentaire mondiale, sont menacés par le fait de toujours planter les mêmes graines. En effet, ce sont justement les pratiques de réutilisation et d’échange de semences entre paysans qui ont permis le développement et la culture d’innombrables variétés de plantes alimentaires adaptées aux conditions locales.

Les risques potentiels pour notre santé !

À l’heure actuelle, il n’existe aucune étude à long terme sur les risques sanitaires liés à la consommation d’OGM. Mais si l’innocuité des OGM sur notre santé n’a pas été démontrée à ce jour, des risques potentiels ont été identifiés.

Les allergies alimentaires sont un risque. Elles sont dues à une réaction du corps face à certaines protéines. Et ce sont les gènes qui sont responsables de la fabrication des protéines. Mettre des nouveaux gènes dans des plantes cultivées signifie donc la création de nouvelles protéines. Or, il est impossible de déterminer, a priori, le potentiel allergène de ces nouvelles protéines.
De plus, l’introduction « brutale » de nouveaux gènes dans les plantes peut également provoquer des effets indirects. Cela peut provoquer l’interruption d’une fonction métabolique ou la synthèse de nouveaux produits éventuellement toxiques. Mais nous ne pouvons pas prévoir toutes ces choses là pour le moment.

Enfin, certaines plantes transgéniques contiennent un gène qui résiste aux antibiotiques. Il est inutile pour la plante, mais les chercheurs l’utilisent comme marqueur lors de la transgénèse. Les scientifiques craignent le passage de ce gène de résistance à des bactéries du système digestif animal ou humain. Ceci pourrait rendre inefficace l’utilisation de certains antibiotiques en médecine. Sachant que de nos jours, les bactéries qui résistantent aux antibiotique se développent de plus en plus. C’est donc une menace sérieuse pour la santé publique.

 

Comment agir au quotidien ?

 

Monsanto, titan de la biotechnologie, est tristement célèbre pour les scandales sanitaires à répétition dans lesquels il est mis en cause. Des milliers de procès ont déjà été intentés contre le géant Monsanto à travers le monde. Mais étant une entreprise très riche et puisante, ils sont généralement en mesure de régler ces problèmes hors des tribunaux.  Ils déboursent ainsi de grosses sommes d’argent et remboursent les médias, pour que leurs crimes ne soient pas exposés au public. Alors si même les tribunaux n’y peuvent rien, comment agir à notre niveau ?

 

Promouvoir la « démocratie de la terre »

Vandana Shiva (une écologiste, écrivain et féministe indienne) explique dans une vidéo (cliquez ici pour voir) pourquoi et comment lutter contre Monsanto. Elle explique le suicide des fermiers indiens. Elle explique comment les multinationales les pillent. Et elle met en relation ces suicides avec la société Monsanto. Elle raconte également les catastrophes sanitaires provoquées par les usines de pesticides.

 

Les fermiers indiens sont tellement endettés auprès des multinationales, que quand les agents viennent pour récupérer leurs terres, à cause des dettes qu’ils sont incapables de payer, ils boivent du pesticide pour mettre fin à leurs jours. Parceque pour eux, la terre est une mère. Et aucun fermier ne peut imaginer vivre sans la terre.

 

Vandana suggère donc d’encourager la biodiversité, l’agriculture biologique et favoriser le commerce équitable. Elle ajoute également qu’à bien y regarder, nous produisons davantage de nourriture sans utiliser de pesticides, et nous utilisons 70% d’eau en moins. Nous pouvons ainsi être vigilant sur les produits que nous consommons, et savoir à qui nous donnons notre argent. Et ainsi favoriser une agriculture plus saine.

 

Boycotter Monsanto

On ne le sait peut-être pas, mais les marques qui contiennent des produits Monsanto envahissent nos rayons. Boycotter Monsanto c’est ainsi refuser systématiquement de consommer ses produits et également les marques qui les utilisent. Refuser cette industrie qui amène à la stérilisation des sols agraires. Pour la préservation de germes naturels, refusons donc d’acheter ces marques. Pour mieux savoir ce que l’on met dans son assiette et dans celle de ses enfants, il est bon de connaître les multinationales, propriétaires de nombreuses marques, qui ont recours à des composants Monsanto. Et de toute façon, il s’agit d’alimentation industrielle, sucrée et chimique, donc supprimer ces aliments ne peut être que meilleur pour la santé !

Voici donc une liste des produits qui utilisent des organismes génétiquement modifiés (OGM). Cette longue liste, n’est pas exhaustive. Elle permet de se donner une idée du nombre d’articles de consommation courante dans lesquels on peut retrouver des produits Monsanto, afin de faire le tri dans sa consommation.

 

Boissons : Coca-Cola, Fanta, Dr Pepper, Minute Maid, Capri-Sun, Topricana, Ocean Spray, Pepsi-Cola, Seven Up, Schweppes, Gatorade, Lipton, Maxwell House, Gloria de Nestlé. Produits sucrés : Poulain, Lindt, Côte d’Or, Daim, Milka, Suchard, Toblerone, Lu, Oreo, Cadbury, Pepperidge Farm, Brossard, Savane, Carambar, Krema, La Vogienne, Hollywood chwingum, Malabar, Bounty, Häagen Dazs, Miko, Ben & Jerry’s, Yoplait, Kellogg’s : Special K, Trésor, Miel Pop’s, Frosties, All Bran. Produits salés : Lay’s, Pringles, Doritos, Benenuts, Bahlsen, Philadelphia, Marie, Findus, Tipiak, Jacquet, Liebig, Knorr, Royco, Alvalle, Old El Paso, Heinz, Amora, Benedicta, Uncle Ben’s. Hygiène et entretien : Pampers, Always, Pantene, Axe, Monsavon, Dove, Rexona, Timotei, Signal, Cif, Omo, Dash, Skip, Cajoline, Sun, Febreze.
Voici une vidéo complète sur Monsanto, si vous souhaitez en savoir plus :

 

Sources : wikipedia /  trueactivist.com / mediapart.fr / DataGueule / Collectif vigilance ogm

Image 1  / Image 2

Partager :

  • Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Sur le même thème

Fermer le menu